VOIR LE SITE www.inddigo.com
Nous suivre :

Quels usages pour le VAE ?

Publié le : 20 juin 2019
Partager l'article sur : j'aime tweeter google+ linkedin

Depuis la fin des années 2000, le Vélo à Assistance Électrique (VAE) est venu proposer une nouvelle offre de confort et de facilité dans l’usage du vélo.

Proposé dans un premier temps comme alternative aux vélos urbains et Vélos Tout Chemin (VTC), il a dès son lancement séduit un public sénior (pour sa facilité) avant de s’étendre rapidement vers les actifs (pour son côté pratique) et plus récemment, les sportifs.

C’est un marché avec une très forte croissance, dopé en 2017 par une prime à l’achat financée par l’État pouvant aller jusqu’à 200€ et qui maintient encore en 2018 une croissance à 2 chiffres (+21% selon l’Observatoire du Cycle).

Le VAE a petit à petit gagné toutes les pratiques du vélo : urbain, VTC, VTT, route, enfant…

Notre réflexion du jour porte sur une analyse plus fine des enjeux du Vélo à Assistance Électrique :

La mobilité en milieu rural

Le VAE apporte un nouveau rayon d’action aux déplacements à vélo.

Les Enquêtes Ménages et Déplacements (EMD) montrent que les distances moyennes réalisées à vélo pour les trajets domicile-travail sont de 3km.

Plusieurs sources récentes (Plans de Mobilité, compteurs d’abonnés à des offres de location longue durée de VAE) s’accordent sur des trajets moyens de 8km effectués par des utilisateurs de VAE. Le VAE permet donc de multiplier quasiment par 3 les distances parcourues.

D’après l’enquête Nationale Transport de 2008, on note à l’échelle nationale de fortes disparités entre des habitants en centre-ville, en banlieue, en péri-urbain et dans le milieu rural.

On s’intéresse alors aux trajets de moins de 10km pour identifier le potentiel en VAE :

On remarque que la proportion de trajets domicile-travail de moins de 10km réalisés dans les communes rurales représente 45% des trajets domicile-travail ; strictement le même chiffre que pour les habitants de banlieues. Alors qu’effectivement, les trajets péri-urbains s’effectuent quant à eux sur des distances plus longues.

Concrètement 1,5 millions de personnes habitent à moins de 10km de leur lieu de travail dans une commune rurale, en France. Et seulement 67 000 utilisent le vélo.

Par conséquent le Vélo à Assistance Électrique a un potentiel important pour capter une partie de ces trajets.

Les freins portent donc encore à ce jour sur l’apriori que le vélo serait réservé aux citadins et sont surtout liés à la peur de se lancer à vélo seul au milieu des automobilistes par manque d’infrastructures permettant de rassurer et de sécuriser les trajets.

L’amorçage d’une utilisation du vélo passera ainsi par des actions à mener localement pour accompagner la reprise de la pratique. Le passage d’une pratique VAE « loisir » à « utilitaire » peut aussi s’avérer payante.

De l’usage loisir aux trajets quotidiens

Le VTT à Assistance Électrique : Un S.U.V qui a du sens ?!

Près d’un vélo sur 3 vendu en France est un Vélo Tout Terrain (VTT). La France est ainsi la championne d’Europe des ventes de VTT alors que les vélos de villes sont délaissés. Les français ont le goût de la pratique loisir du vélo : pendant le week-end ou à l’occasion des vacances !

L’offre de Vélo Tout Terrain à Assistance Électrique (VTTAE) s’est étoffée depuis quelques saisons. De nouveaux propriétaires profitent des atouts du VTTAE pour sa pratique initiale mais découvrent aussi ses atouts pour les trajets quotidiens. Focus sur le S.U.Vélo avec le témoignage de Bruno adepte lyonnais du VTTAE.

Inddigo : Bruno, qui est tu et que fais-tu dans la vie ?

Bruno : J’habite en périphérie de Lyon. Je travaille en centre-ville. J’ai beaucoup pratiqué le VTT il y a quelques années et ai craqué pour un VTTAE pour m’aider à m’y remettre.

Inddigo : Avais-tu prévu au moment d’acheter ton VTTAE d’effectuer tes trajets domicile-travail ?

Bruno : Le choix de l’assistance électrique a été fait aussi pour aller au travail. Si ça n’avait été que pour faire du VTT je ne l’aurai pas acheté. C’était vraiment pour faire de la ville et du VTT. C’est ce qui m’a aussi permis de justifier l’investissement.

Inddigo : Pour toi, quels sont les avantages de ce mode de déplacement pour aller travailler ?

Bruno : Clairement : faire du sport au quotidien. Je suis artisan d’art, avec des horaires à rallonge, 6 jours sur 7 et je n’ai pas le temps de faire du sport en dehors de mes trajets domicile-travail. Je n’ai pas de problème d’embouteillage ; ce qui reste similaire à mon usage du scooter.

Inddigo : Et ses inconvénients ?

Bruno : Dès qu’il pleut, on n’est pas aussi bien protégé qu’avec un scooter. J’ai aussi peur du vol. Je m’interdis d’aller faire d’autres usages type petites courses en ville. Je suis peut-être trop méfiant ?

Inddigo : Au final, ton usage du VTTAE sur l’année, qu’est-ce que ça donne ?

Bruno : Sur l’hiver, les trajets urbains sont dominants (15km aller-retour par jour) mais pas systématiques. Sur l’été, je fais encore plus de trajets urbains et de VTT. Au final, j’estime avoir une répartition : 60% ville et 40% sur chemins sur l’année.

Inddigo : Comment imagines-tu le développement du VAE pour les trajets quotidiens ? Quelle serait la bonne recette ?

Bruno : J’ai eu l’occasion d’échanger avec quelques personnes intéressées. Il doit y avoir un frein concernant la recharge des vélos pour les personnes qui vivent en appartement. Les caves ne sont pas non plus équipées ce qui n‘est pas très pratique.

Côté pistes cyclables, je trouve que c’est bien équipé sur mon trajet. Le frein vient aussi du risque de vol. Parmi les améliorations, il faudrait peut-être que je m’équipe avec des supers antivols ?

Et si l’avenir venait des VLS (Vélos en Libre Service) à assistance électrique qui solutionnent le stationnement et la recharge, en plus du cout d’achat ? Le marché de l’occasion n’est pas non plus très développé, mais il devrait évoluer avec le temps… La tendance pourrait être la même que sur l’automobile avec un changement de consommation axé sur l’usage et le partage et moins sur l’achat ; et ainsi séduire de plus en plus d’utilisateurs ?

Inddigo : Merci pour ta participation !

Bruno et son VTTAE
Bruno et son VTTAE

 

Le VAE : nouveau Vélo familial !

Biporteurs et triporteurs à assistance électrique ont été adoptés par les familles.

Evolutions vente vélos cargos Cyclable
Ventes de triporteur avec et sans assistance électrique par le réseau Cyclable. Source : https://www.cyclable.com/blog/2018/04/18/biporteur-ou-triporteur-telle-est-la-question/

Du simple porte-bébé aux triporteurs, en passant par les biporteurs et vélos rallongés, ce sont surtout des véhicules appréciés par les enfants. Ils permettent aux parents d’effectuer la dépose des petits à la crèche ou des grands à l’école et de continuer le trajet jusqu’à leur lieu de travail.

1, 2, ou 3 enfants, 2 ou 3 roues, transport des enfants à l’avant ou à l’arrière, avec sacoches ou panier… L’offre est riche et l’objectif le même : remplacer les fonctions d’une petite voiture !

Les triporteurs, un peu moins agiles pour des déplacements sur des distances importantes sont de plus en plus utilisés en intermodalité. Les offres de stationnement sécurisé s’adaptent pour accueillir ces nouveaux gabarits.

Malmo Suède - Slow Ottawa
Malmö Suède – Slow Ottawa https://twitter.com/slowottawa/status/601131362251198465
Lille Flandres - Source Altinnova
Lille Flandres – Source Altinnova

 

Féminiser la pratique du vélo

Les femmes, séduites par le VAE

La pratique du vélo sportif reste largement préférée par les hommes. Ainsi, seulement 10% des licenciés de la FFC (Fédération Française de Cyclisme) sont des femmes.

L’observatoire du Tourisme à vélo réalisé en 2018 par la FFVélo (Fédération Française de Cyclotourisme) a obtenu une proportion de 36% de pratiquantes sur les 14 000 cyclistes interrogé(e)s.

Si on continue à évoluer vers des pratiques de plus en plus urbaines :

En mai 2017, Le CEREMA (centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement) a réalisé une étude sur l’impact de la prime VAE auprès de 25 000 bénéficiaires. Dans cette enquête, 52% des acheteurs de Vélos à Assistance Électrique ayant bénéficié de la prime de l’état sont des hommes et 48% des femmes.

Et enfin, les nouveaux services de location longue durée de vélos à assistance électrique séduisent en majorité des femmes :

60% des abonnés au Service de location longue durée de Vélos à Assistance Electrique MyVélo’V (Lyon – 2019) sont des femmes, d’après Cyclable Entreprises, l’opérateur.

Dans une récente étude (réalisée par Shimano) : 18% des français se déclarent prêts à effectuer leur trajet domicile-travail à VAE ! La demande est là… Les solutions aussi !

Vous souhaitez promouvoir l’usage du vélo et des modes actifs de déplacement au sein de votre organisation ? Inddigo, acteur de référence de la mobilité durable depuis plus de 20 ans vous accompagne ! Découvrez nos expertises.

Ce site utilise des cookies à de fins de mesure d'audience anonymes. En poursuivant votre navigation vous acceptez notre politique de protection des données personnelles.